Photo : Défense nationale, base de BagotvilleLa Croix-Rouge canadienne

La Croix-Rouge canadienne a été un intervenant d'importance dans les opérations de secours et de solidarité. Ce sont 1 700 bénévoles qui ont participé au bon déroulement des mesures d'urgence. Entre le 20 et le 29 juillet 1996, plus de 6 000 repas ont été servis par les bénévoles de la Croix-Rouge.










Dans la semaine du 21 juillet 1996, la direction de la Croix-Rouge canadienne annonçait la création d'un fonds spécial pour venir en aide aux sinistrés et leur apporter un soutien financier pour se procurer les biens essentiels. Le 12 novembre 1996, soit seulement quatre mois après les inondations, les dons versés dans le fonds de la solidarité s'élevaient à plus de 27,5 millions de dollars, mais, au total, c'est 29,2 millions de dollars qui ont été recueillis des quatre coins du pays. Plus de 1 000 enveloppes d'aide financière ont été distribuées aux personnes évacuées pendant plus de 14 jours.

Photo : Hydro-QuébecRemise de chèque
Plusieurs organisations ont contribué au « Don de la solidarité » de la Croix-Rouge dont Hydro-Québec.


La distribution du fonds de la solidarité, destiné aux sinistrés des inondations du Saguenay, a été menée en cinq phases et selon les besoins. Une partie de ces dons, soit 1,5 million de dollars, a même été acheminée aux personnes sinistrées lors des inondations de la rivière Rouge qui se sont produites dans la province du Manitoba en avril 1997.

Les inondations catastrophiques de juillet 1996 représentent un drame social pour toute la collectivité de la région du Saguenay. Mais un tel événement, certes éprouvant, n'a pas que des répercussions négatives. Cet événement bouleversant a permis de développer des mouvements communautaires, de déployer une énergie sans pareille, de faire preuve de créativité et d'innovation et de dynamiser toute une collectivité. Ces inondations sont devenues un moment d'unification de la population.

Différents acteurs sociaux (Défense nationale, municipalités, intervenants sociaux, médecins, etc.) sont intervenus rapidement dans les mesures d'urgence. Des milliers de bénévoles ont donné généreusement de leur temps, ne ménageant rien pour soulager la douleur d'autrui afin de préserver le patrimoine et de renforcer le sentiment de solidarité collective.

La population régionale a très bien réagi face au drame social que vivaient des milliers de personnes. Durant les inondations, les sinistrés ont bénéficié de la mobilisation majeure des autres citoyens. Les Saguenéens ont agi en collectivité et d'une manière fort courageuse pour se prendre en main. La région du Saguenay est devenue un véritable laboratoire de solidarité humaine.

Les autorités gouvernementales sont rapidement arrivées sur les lieux afin d'évaluer l'ampleur des dégâts, mais aussi pour offrir un support moral aux personnes sinistrées. Lors de son passage, le premier ministre du Canada, monsieur Jean Chrétien, a écouté les témoignages de personnes évacuées de leur domicile.

Des mots d'encouragement étaient écrits un peu partout. Sur les véhicules des forces armées, destinés à ravitailler les sinistrés en eau potable, on pouvait lire des messages de support moral.


Durant toute l'opération des secours d'urgence, les médias locaux ont été présents afin d'informer la population de l'état de la situation, mais aussi afin de diffuser les avis d'évacuation et de réintégration aux domiciles.

Pour accueillir les personnes sinistrées, l'Université du Québec à Chicoutimi a mis à leur disposition 300 lits installés dans le Pavillon sportif. C'est également dans l'édifice principal de cette institution d'enseignement que la Croix-Rouge a établi son quartier général pour y offrir vêtements et nourriture aux personnes évacuées de leur résidence.

Le manque d'eau potable dans la plupart des résidences du Saguenay a été comblé par la distribution de 100 000 litres d'eau.


Base militaire de BagotvilleDès les premiers moments des inondations de juillet 1996, les militaires de la base militaire de Bagotville ont été rapidement mis à contribution pour soutenir les corps policiers. Aidés de leurs confrères de la base militaire de Valcartier, ils ont installé 400 tentes pouvant accueillir un millier de personnes.





Photo : Défense nationale, base de Bagotville

Base militaire de Bagotville
Photo : Défense nationale, base de Bagotville

La 3e Escadre de Bagotville a mené une opération de secours qui s'est étalée sur dix jours. Cette opération d'envergure a permis d'effectuer 40 évacuations sanitaires, d'évacuer 2 030 personnes, de nourrir et de loger plus de 3 000 sinistrés et d'acheminer, par pont aérien, plus de 15 000 kilogrammes de provisions à des collectivités isolées.

Durant toute l'opération d'évacuation des sinistrés, les militaires de la 3e Escadre de Bagotville ont effectué 750 missions de sauvetage aérien, ce qui a représenté environ 400 heures de vol. Durant une semaine complète, 2600 personnes sinistrées ont été invitées à quitter leur domicile. Le 21 juillet 1996, seulement dans l'arrondissement La Baie, 1 500 résidents ont été évacués à l'aide de 14 hélicoptères. Toute cette opération a duré six heures.

Les Forces armées canadiennes ont permis l'évacuation par voie aérienne de centaines de sinistrés. De plus, elles ont accueilli plus de 3000 personnes et en ont hébergé 800 entre le 20 juillet et le 12 août 1996.
À la base militaire de Bagotville, des vêtements et autres articles essentiels ont été distribués aux sinistrés. De plus, 40 000 repas ont été servis, c'est-à-dire plus de 1000 par jour.


La Société Saint-Vincent-de-Paul a géré les dons de façon magistrale grâce à l'esprit d'initiative et à la débrouillardise de ses dirigeants et de ses bénévoles. L'opération « Aide aux sinistrés » a été un succès sur toute la ligne. Les bénévoles sont tous sortis grandis de cette expérience. Le grand total des heures de service offertes pour les sinistrés par les bénévoles de la Société Saint-Vincent-de-Paul s'élève à 200 000 heures de service.

Estimation globale des dons reçus
Les diverses formes de dons que la Société Saint-Vincent-de-Paul a reçues totalisent plus de 15 millions de dollars.
100 tonnes de vêtements estimées à 6 000 000 $
100 douillettes confectionnées à la main par des Ukrainiennes de l'Alberta
200 réfrigérateurs
200 ensembles de laveuse/sécheuse
50 laveuses et sécheuses dépareillées
400 cuisinières
5 250 000 $ de meubles
50 000 $ de jouets et d'articles scolaires
800 000 $ en matériaux de construction et en outils
300 000 $ en nourriture non périssable
100 000 $ en produits d'hygiène
Photo : Société Saint-Vincent-de-Paul


Le voilier Blue Nose est accosté à Lunenberg, en Nouvelle-Écosse. C'est ce bateau qui apparaît sur les pièces de monnaie canadienne de dix cents. Suite aux inondations de juillet 1996 au Saguenay, l'équipe de cet immense voilier a décidé d'entreprendre une tournée dans certains ports de mer canadiens. Lorsque le Blue Nose était accosté à un port, les gens pouvaient le visiter et signer une carte postale destinée aux personnes sinistrées des événements de juillet 1996.

Sur cette carte postale, les visiteurs écrivaient divers mots d'encouragement et de support moral. Une fois la visite des ports terminée, toutes les cartes postales signées ont été rapportées dans l'arrondissement La Baie et remises ensuite au Musée du Fjord.

Les messages inscrits sur les
cartes postales provenaient des quatre coins du pays.
Blue Nose

Blue Nose
Lorsque le Blue Nose a accosté au port de La Baie, l'artiste Jean Tremblay de l'arrondissement La Baie en a profité pour immortaliser la scène afin de garder un souvenir de ce témoignage de solidarité.

Blue Nose
Le Blue Nose a été donné
par l'équipage, au Musée du Fjord
Juillet 1997